Balcon du léman

Nos premiers voyages avec des ânes

Nous sommes en été 2012. Nos filles Charlotte et Louisette ont respectivement 4 et 1 ans. Nous avons cherché un moyen de pouvoir partir plusieurs jours marcher avec les filles dans les montagnes et notre choix s’est porté sur des ânes, calmes et pas trop grands. Voilà donc un peu plus d’une année qu’on a Gribouille à la maison, une ânesse commune de 7 ans et de 1m28 au garrot. Elle est calme et volontaire. Son regard témoigne d’une grande sagesse. Pour trouver un second âne, ça a été plus difficile, et plusieurs candidats se sont succédés en vain. Finalement, on a choisi une petite ânesse pie, Paulette, qui nous a fait la surprise d’être portante. Un soir de mars est donc né chez nous la petite Polka, choue comme une peluche, collante et câline.

La recherche d’un bon bât s’est avéré encore plus compliquée, car nous n’y connaissions rien. Il fallait qu’il ne soit ni trop grand ni trop lourd, et qu’il tienne sans tourner ni blesser les ânes. Il a fallut aussi y voir clair avec tous les problèmes de harnachement, et trouver les bons réglages de bricoles, d’avaloirs, de sous-queue et de sangles ventrales. Sur internet, à commencer par un gars qui a écrit beaucoup de livres de voyage avec son âne, il y a beaucoup de vendeurs de bâts qui feraient mieux de vendre des sacoches de mobylettes. Sous prétexte d’être de grands spécialistes et, pour celui cité plus haut, d’avoir réinventé la roue, on se retrouve vite avec du cher pas pratique, mal conçu et qui blesse.

S’en est suivit des sorties en week-end plutôt “expérimentales”. On a découvert les joies des bâts qui tournent, des harnachements entourés de peau de mouton, des phobies asines et de la gourde mal fermée dans les sacoches. La joie aussi des tempêtes de neige soudaines, d’être délogé en forêt par une armée d’air-softeurs, de trouver un chemin dans des lapiaz, et de subir l’excès de zèle des patous. On arrive ainsi en 2012, année de nos deux premiers vrais voyages.

Voyage autour du Mont-Blanc

Le premier voyage est un tour du Mont-Blanc (TMB) en un peu moins d’un mois, qui passe par la France (Haute-Savoie), l’Italie (Val d’Aoste) et la Suisse (Valais). Il y a bien un sentier de grande randonnée (GR TMB) , mais nous ne le suivrons pas exactement, allant au gré de nos envies et des possibilités avec l’âne. En ce mois de juillet, Emmanuelle travaille et Louisette n’a pas un an. Je pars donc seul avec Charlotte, et seulement un âne, Gribouille. Un ami d’enfance, Marek, et son chien Dabadou, viennent avec nous. Nous passons plus de deux jours à préparer les affaires, a peser des trucs genre lait en poudre et macaroni dans des ziplocs, et à déguster des verres de vin. Le Bordeaux, le manque de préparation, de sommeil et d’expérience rendent ces préparatifs chaotiques et on part comme il ne faudrait jamais partir: crevé. Manue nous amène avec le van et nous pose un peu avant les Contamines-Montjoie (Haute Savoie).

La suite vous intéresse? Vous pouvez la télécharger ici.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Balcon du Léman

Le 2ème voyage de cet été 2012 dure environ 3 semaines. Nous partons à pied de notre maison au Salève puisque le sentier officiel de grande randonnée du Balcon du Léman (TBL) passe presque devant chez nous. Nous parcourons ainsi les plus belles crêtes du Chablais français surplombant le lac, passons sur les rives de l’autre bout du lac avant de revenir en longeant la côte puis les magnifiques vignes de Lavaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.