En balade avec les islandais bâtés

13 mai 2017

Pour ses 9 ans, Kadou a invité ses copines au Salève pour faire une balade avec les islandais bâtés et observer quelques traces d’animaux. Je les entends sur le parking: un groupe de filles habillées toutes en rose bonbon s’agite et piaffe d’excitation.

Quand elles aperçoivent enfin Toundra et Viking, équipés et fins prêts pour partir, c’est reparti pour une série de « ooooooooh qu’ils sont mignons » et un « moi je veux tenir le poney noir » et « moi je veux monter sur le brun! »….

J’ai préféré leur dire assez vite que ce ne sont pas des poneys, mais bien des chevaux, et pas peu fiers en plus. Ne dites JAMAIS à un cheval islandais qu’il est un poney, ou encore moins à son propriétaire 🙂 Pour ceux qui en doutent, regardez cette vidéo, vous comprendrez mieux.

Bref, ce jour là, les filles n’en avaient que pour les chevaux, donc on n’a rapidement fait impasse sur les traces et indices des animaux sauvages, quitte à se contenter d’une crotte par-ci, d’une empreinte par là. Pas grave! L’important, c’est qu’elles passent un bon moment, qu’elle s’occupent des chevaux avec respect, et qu’elles se souviennent de cette journée pendant longtemps! Et cela nous a permis de faire un joli tour à pied, d’avaler un peu de dénivelé sans que personne ne s’en rende compte. Parfait!

Il y a quelque chose qui m’a fait très plaisir: parmi les filles, il y en avait les vraies citadines, celles qui n’avaient jamais tenu un cheval, celles qui n’en avait jamais monté un, et c’était une belle découverte pour toutes. Elles ont appris à les observer, à anticiper leurs réactions, à les diriger, les empêcher de (trop) brouter en route, le tout dans la douceur et le respect. Ne pas tirer sur la longe (ça ne sert à rien les chevaux sont plus forts), leur parler, secouer la longe pour les ralentir, ne pas avoir peur d’eux même… une vraie découverte du travail à pied et de la relation avec le cheval, le tout en balade avec les islandais bâtés.

 

Share Button

animation natureanniversairechevaux islandaisfaunerandonnée avec des chevauxSalèvetraces d'animaux

Une course d’orientation pour avoir chaud

20 avril 2017

Le Centre Protestant de Vacances (CPV) m’a demandé d’animer une demi-journée lors d’un mini-camp à Pâques. Ce jour là, il faisait un froid de canard, une bise à décorner les bœufs alors je n’avais pas vraiment envie de laisser aux enfants le temps de commencer à grelotter de froid… Quoi de mieux qu’une course d’orientation pour avoir chaud?

J’ai profité du retard dans le programme pour faire une petite intro à la lecture de cartes au chaud dans le chalet. Les enfants sont curieux, attentifs, malins. Ils comprennent vite! Après le repas, une petite marche nous amène au point de départ de la course. C’est l’idéal pour apprendre à vraiment utiliser la carte, en particulier pour la tenir dans le bon sens. De temps à autre je m’arrête et leur demande. « on est où, là »? ou « si on continue sur ce chemin, qu’est-ce qu’on va voir sur notre droite' ». Ils ont bien compris, on

Arrivés au départ, ils sont fin prêts. chaque équipe a 10 postes à trouver sur une vingtaine de balises réparties sur le terrain. Et c’est parti! ça court dans tous les sens, pendant que les adultes naviguent ici et l¨à, prêts à aider des équipes perdues.

Au final, ils ont tous réussi, sont fiers d’eux-mêmes, et il y a de quoi! Malheureusement, je n’ai pas de photos à vous montrer cette fois-ci, tant pis!

Share Button

camps de vacancesJuraorientation

Mini-camp avec deux classes genevoises

25 mars 2017

C’est juste top de bosser avec des profs comme ça: ils ont une idée en tête, et rien de les arrête! Celui-là voulait sortir ses élèves de la classe pendant 2 jours, même si il faut négocier, et même si ça coûte un peu cher. Et moi, j’ai eu la chance de tomber sur ce prof là.

Objectif n°1: vivre une expérience et s’amuser

Pour cela, nous avons choisi le chalet le Coutzet, non loin de Saint-Cergue dans le Jura vaudois. Pour certains, c’était le premier mini-camp, la première fois en chalet, en dortoir, le premier repas en commun dans le réfectoire, le premier jeu de loto le soir, le premier feu dans la nature, les premières bananes au chocolat sur les braises… Et pour tous, une belle ambiance (et relativement peu d’heures de sommeil…). Les enfants étaient, en dehors des activités organisées, relativement libres de faire les foufous dans le chalet. Ils s’en sont donnés à cœur joie!

Objectif n°2: découvrir la nature

Quoi de mieux que la neige pour signaler le passage des animaux? Chevreuil, cerf, lièvre, renard, écureuil, blaireau, hermine… toutes ces petites bêtes là sont passées avant nous ce jour là. Elles ont laissé des empreintes, des crottes, des marques sur les arbres, des restes de repas… que l’on a pris le temps d’observer. Certaines connaissances s’acquièrent en cours de route: non, la musaraigne ne fait pas partie de la famille des mustélidés! La nature, on peut aussi la découvrir par les sens. Les enfants ont pu expérimenter un parcours dans la forêt, yeux bandés.

Objectif n°3: se dépenser

Ils ont assuré, les mômes! Raquettes aux pieds – par miracle il restait un itinéraire avec suffisamment de neige pour les justifier, même si certains tronçons étaient tous verts déjà – ils ont avalé du dénivelé sans (trop) broncher. Le lendemain, ils ont découvert la course d’orientation: chaque équipe avait un lot de 10 balises à trouver, et pas forcément toutes en bordure de chemin! 100% des équipes ont réussi. Bravo!

Une équipe en or!

Tout ça, j’ai pu le vivre en super compagnie. Tout d’abord, ma collègue Katrin (Katrando). Avec elle, succès et fou-rires sont garantis. Lise (Expel), accompagnatrice en formation super investie et pro pendant les deux jours. Et bien entendu nos trois hommes, le trio de choc, Patrick, Olivier et Jean-Marc. Avec eux, bonne humeur et humour sont au rendez-vous! Et quelle maitrise avec les enfants, fermeté, douceur, empathie et tout un tas de choses encore… Je maintiens: pour moi, ces profs là sont des Dieux (même s’ils ne sont pas d’accord avec cette affirmation). Merci à vous tous pour cette mémorable expérience partagée!

Share Button

animation naturecamps de vacancesCourse d'écolefauneJuraorientationrandonnée en raquettestraces d'animaux

Les randos en mars

17 mars 2017

J’y ai cru un court moment… le mardi 7 mars, il est tombé un demi mètre de neige (plus ou moins) au salève. De bon augure pour la sortie raquette au clair de lune prévue quelques jours plus tard! Eh bien non… en 3 jours, tout a fondu! Bon, on commence à s’y faire, et cela nous m’empêche pas de faire quelques belles randos en mars.

Une sortie sans raquettes mais cette fois, avec la lune!

Tout d’abord, il y a donc eu cette sortie au clair de lune. Malgré le manque de neige, tout le monde est là! Avec ma collègue Silvana, faisons comme d’habitude: deux groupes, chacune son itinéraire, ses jeux, histoires, quizz ou autres, selon l’envie du moment. La température est agréable, la lune est belle. Tout est parfait!

Des écoliers à l’assaut d’un sommet

Une petite semaine plus tard, j’ai rendu vous avec d’autres accompagnateurs pour une course d’école. Il y a plus de 80 élèves répartis en 4 groupes. Après de longues hésitation, nous décidons de ne pas chausser les raquettes et lançons le défi de grimper au sommet de la Point de Miribel. Les jeunes s’en sont donnés à coeur joie puisque plus de la moitié d’entre eux se sont lancés à l’assaut du sommet. Touts ceux qui disent que les ados sont des fainéants peuvent bien aller se recoucher! Le reste de la journée était rythmée par des jeux, la découverte de la nature et des bons moments passés entre copains.

Mais le top du top, c’est le mini-camp de deux jours à St-Cergue avec deux classes genevoises de 5P … Mais cette sortie là mérite un article à elle toute seule, car en plus, pour celle là, j’ai quelques photos sympas, alors que j’avais laissé mon appareil dans le sac pour les deux autres.

Share Button

Course d'écolepleine lune

La nature, les animaux, et manger

26 février 2017

Voilà le mandat posé: « nous, on aime la nature, les animaux, et manger! » me dit Sandra dans son email. Je pense que l’on va pouvoir s’entendre. A l’occasion de l’anniversaire de son mari (la difficile barre des 40 ans à passer!), elle voulait quelque chose de sympa, dans la nature.

Nous voilà donc partis, les 6 bipèdes et 2 poilus, pour une petite balade au Salève. Avec comme but, de repérer le passage d’animaux sauvages et d’en apprendre un peu sur leurs mœurs.

Viking et Toundra étaient donc aussi de la partie, et nous avons eu bien l’occasion de découvrir leurs mœurs à tous les deux… A la pause de midi, j’essaie: j’attache Toundra et je laisse Viking libre. Après s’être roulé (ah que ça fait du bien!!!), il remarque qu’il n’est pas attaché, et pique un petit galop à travers les prés. Toundra, au bout de sa longue chaîne, n’aime pas l’idée de se retrouver seule. Elle arrache le tout d’un coup de tête et rejoint son copain. Que c’est beau de les voir galoper comme ça! La vision de rêve s’estompe: les voilà qui disparaissent derrière la crête. Il nous aura fallu une grosse demi-heure pour les retrouver, tous tranquilles plus loin dans un pré, en train de brouter. Quelques carottes pour se réconcilier, et c’est reparti!

En attendant, Laurent et les enfants avait déjà lancé un feu, pour les bananes au choc. Miam! Avant de repartir, nous faisons le point sur ce qu’on a vu et on va un peu plus loin en faisant le tour des stratégies employées par les animaux sauvages pour passer l’hiver.

Des animaux sauvages, on n’en a pas vu en vrai mais par contre nous avons pu observer des tas de traces de leur passage: crottes, empreintes et pistes, souilles, frottis, écorçage… C’est fou ce que la nature nous dévoile quand on apprend à la regarder.

C’était encore une de ces agréables journées au rythme tranquille et remplie de découverte. Merci!

Share Button

animation natureanniversairechevaux islandaisfamillerandonnée avec des chevauxSalèvetraces d'animaux

« Articles précédents

Powered by WordPress | HQ Premium Themes | Adaptation Sur mesure concept.