5 sens

5 sens, jeu de piste et chevaux

2 juillet 2016

Voilà encore une sortie comme je les aime! Il s’agissait de fêter un anniversaire. Les parents avaient au préalable contacté la Maison du Salève, car ils désiraient, pour fêter les 6 ans d’Emma, une immersion dans la nature et de la découverte. La Maison du Salève croulant sous les demandes, ils ont « atterri chez moi » :-). Du coup, nous avons préparé la sortie ensemble. En un après-midi, on ne peut pas tout faire, mais on a réussi à combiner la découverte de la nature par les 5 sens, jeu de piste et chevaux. Sisi! mais puisque je vous le dis, car on l’a fait!

Et c’était tout bonnement gé-nial. Les enfants étaient captivés par les chevaux – c’est vrai que Toutoune et Viking, ils ont des sacrés bouilles. Un petit coup de brosse pour la forme, on installe la bât sur Toundra, les boots sur Viking, les gâteaux et les cadeaux dans les sacoches, quelques cailloux pour équilibrer le poids, et notre petite troupe est partie à l’assaut du Salève.

Bon, pas très loin non plus, hein, car le but n’était pas de faire des kilomètres! Nous nous sommes arrêtés dans un petit coin sympa, où un grand parc était aménagé pour les chevaux. Nous installons notre « QG », le temps de boire un peu d’eau, de briefer tout le monde, et c’est parti!

Les enfants ont démontré tout leur courage et leur goût du jeu en acceptant de commencer les yeux bandés. C’est vrai que quand on ne voit pas, on est plus attentif à ce qu’on goûte. Car on a commencé par goûter la nature, puis on l’a sentie, touchée, observée, touchée, entendue. Et à chaque instant, tant les enfants et les grands enfants qui les accompagnaient étaient attentifs, appliqués, curieux…

Pour aller d’un poste à l’autre, les enfants devaient trouver et suivre une piste. Mais chhhhhut! Je n’en dirai pas plus!

Merci en tout cas à Sophie et Daniel pour leur enthousiasme et leur confiance! Et joyeux anniversaire, petite Emma!

5 sensanimation natureanniversairechevaux islandaisjeu de pisterandonnée avec des chevauxSalève

Une classe de rêve au Salève!

23 juin 2016

Magnifique journée au Salève avec la classe de rêve de Sandra et Danielle. Une vingtaine d’enfants motivés de 10-11 ans, que du bonheur! Et super bien accompagnés en plus, quoi demander de mieux !

Au programme, tout d’abord la montée avec le Téléphérique du Salève. Rien que ça c’est une aventure, car nous ne sommes pas les seuls à avoir eu la même idée aujourd’hui! Une fois toute le monde arrivé et la pause pipi achevée, petite grimpette jusqu’à notre table de pique-nique (Mdaaaame, j’ai mal aux jambes, c’est encore loin?), notre QG pour le reste de la journée. Je débouche la bouteille de sirop de menthe (fait maison, bien entendu) et explique au groupe attentif la suite du programme.

Chaque équipe a pour mission de parcourir 3 boucles différentes, des jeux de piste demandant de l’observation, de la réflexion, mais aussi des expériences sensorielles. Tantôt il faut trouver la piste, tantôt utiliser une boussole, ou encore apprendre à utiliser un GPS. Le tout, sur le thème de la forêt.

Pendant toute la journée, nous avons été victimes d’attaques répétées de tiques énormes et imaginaires, agacés par les guiliguilis de toutes ces autres petites bêtes horribles et poilues qui s’accrochent à nos jambes mais qui n’existent plus quand on veut les montrer au copain, ou encore confrontés aux horrrrrrribles caresses des orties dont on se serait approché d’un peu trop près (oui, alors là, j’avoue, ça pique!). Mais même avec tout ça,  les enfants ont su oublier toutes ces terrrrrrribles menaces de la nature pour se donner corps et âme dans le jeu.

Au final, après avoir récolté un sacré paquet d’éléments naturels, ils ont imaginé et inventé le plus bel arbre magique du Salève… Un oeuvre d’art unique et que l’on laissera sur place.

La descente en téléphérique est tout aussi houleuse que la montée, car il y a beaucoup de monde, du bruit, et il fait au moins 30 degrés dans le bâtiment. Les employés n’entendent pas leurs radios avec tout ce brouhaha. Les gens sont nerveux… Moi je dis, cette classe de rêve, je l’aurais bien gardée encore là haut  pour la soirée, à griller des cervelas au coin du feu !! Une prochaine fois, peut-être?

 

5 sensanimation natureCourse d'écolejeu de pistelandartorientationSalève

Oeufs de grenouilles et Dents de Chien au Retord

30 avril 2016

Ce samedi, balade avec Charlotte sur le Plateau de Retord tout juste débarrassé de la neige. Il fait gris, la pluie est attendue pour le milieu d’après-midi, ça nous laisse juste le temps d’aller découvrir l’endroit.

Partir en  rando avec Charlotte, c’est tout simplement génial. Nos quatre yeux décortiquent le paysage et le sol qui défile sous nos pieds et à nous deux, on a trouvé un tas de « trucs géniaux »: oeufs de grenouille et dents de chien, une carcasse de vache, des cristaux de calcite magnifique, des champignons géants, des jonquilles tout partout, des traces de chevreuil, des traces de on-ne-sait-pas-quoi, bref… Ca n’arrête jamais!

Et c’est ça qui est chouette quand on va marcher. C’est qu’on y va tranquillement, les sens à l’affut de découverte. Du pur bonheur!

Et puis, il faut le dire, Charlotte nous a porté chance: à peine la portière de la voiture fermée et la clé sur le contact, qu’il a commencé à pleuvoir. Une petite fenêtre de sec nous a encore permis de longer un bout de la Valserine, et de retour à la voiture, rebelote, une belle averse. Ma petite Charlotte serait-elle magicienne?

5 sensfamillefaunefloreJuratraces d'animaux

Se relaxer, tranquillement, progressivement

8 septembre 2014

Pour cette 4ème randonnée pieds-nus et réflexologie au Salève, nous n’étions finalement fixés sur la composition du groupe que le jour même, 20 minutes après l’heure du rendez-vous. Avant, c’était un ballet d’inscriptions et d’annulations, de quoi vous donner le tournis! Heureusement, les prévisions météo, pour une fois, annonçaient depuis presque une semaine une belle journée chaude et ensoleillée. Enfin, nous voilà donc tous réunis, un bon groupe pieds nus, prêts à partir ensemble à la découverte. Enfin, nous sommes prêts à nous relaxer.

Comment souvent, pour certaines, c’est venu tout seul. D’autres ont mis du temps à s’habituer à toutes ces textures, ces sensations, ces chatouillis… C’est là qu’elles réalisent toute la richesse qui se trouve juste là, sous nos pieds, richesse à laquelle personne de prête jamais attention, elle est tout juste bonne à écraser sous de grosses semelles vibram!

Les yeux bandés, c’est encore mieux. En plus des sensations, il faut se concentrer sur son équilibre, et sur la relation avec celui qui nous guide soit en nous tenant la main, soit juste à la voix. Nous sentons l’humidité des coins ombragés, la chaleur de l’herbe au soleil, la douceur des taupinières, nous datons les bouses de vache (négociable!)… et pour les aventuriers de l’extrême, il y a aussi les chardons, les fourmilières, les rosiers sauvages. Heureusement, ça, ce n’est pas obligatoire…

La vue est toujours aussi belle depuis la Tour Bastian. De quoi s’en mettre plein les yeux avant de s’en mettre plein les pieds, de cette crème rose qui sent bon la menthe. Et elle se mérite, car la dernière petite descente dans les faînes, c’est quand même corsé… mais qui s’en rappelle, après une séance de réflexologie plantaire en pleine nature?

 

 

5 senspieds nusSalève

Les pieds-nus à la Une du Messager

5 septembre 2014

Le Messager nous a offert un très joli article sur les randonnées pieds nus et réflexologie au Salève, dans son édition du Genevois le 4 septembre 2014. Voici les premières lignes qu’a écrites Julia Chivet, journaliste au Messager:

« Il y a quelque chose entre ces deux-là qui tient du coup de coeur, du feeling, de la symbiose peut-être même. « On se connaît depuis un an seulement et ça a tout de suite collé. On a très rapidement eu envie de travailler ensemble », raconte Emmanuelle Gabioud, jeune maman de 39 ans, secrétaire générale des Scouts de Genève une partie de la semaine et accompagnatrice en montagne le reste du temps.

Ils sont tous les deux nés en Afrique, à Khinshasa pour l’une et à Abidjan pour l’autre. Après une enfance faite de voyages aux côtés de ses parents diplomates, des études en génie rural, Emmanuelle a finalement posé ses bagages en 2007 à La Muraz. Fabrice Prêtre, 36 ans, a quitté la Côte d’Ivoire à 19 ans et a d’abord embrassé la carrière de pompier, à Marseille et Monaco avant d’atterrir en Auvergne où il a découvert la réflexologie. Il est arrivé à Collonges- sous-Salève il y a tout juste un an et exerce désormais à Annecy en tant que relaxologue. » Lire l’article complet

 

 

5 sensmédiaspieds nusSalève

« Articles précédents

Powered by WordPress | HQ Premium Themes | Adaptation Sur mesure concept.